Pièce

Une plaque plane en inconel, de 1,55 mm d’épaisseur, est inspectée par une bobine tiltée à 90° par rapport à sa surface, comme représenté sur la figure ci-dessous. Le matériau de la plaque, l’inconel, a une conductivité de 1,02 MS.m-1 et une perméabilité relative de 1.

Pièce plane inspectée avec une bobine tiltée à 90°

Sonde

La sonde est constituée d’une bobine cylindrique à double fonction dont les propriétés géométriques sont rassemblées sur la figure ci-dessous représentant le panneau dans CIVA qui permet de définir ces propriétés. L’acquisition est faite à une fréquence de 100 kHz, avec 1mA d’injection et réception en mode absolu.

Propriétés géométriques de la sonde

Défaut

La pièce contient une entaille débouchante en surface, de 1,24 mm d’épaisseur, donc non-traversante, et de 7 mm de longueur, comme schématisé sur la figure ci-dessous.

Défaut rectangulaire dans la plaque épaisse inspectée avec une bobine tiltée.

Comparaisons Expérience/Simulation

Les mesures expérimentales ont été réalisées avec un impédancemètre, il n'a donc pas été nécessaire de procéder à un étalonnage avant comparaison entre expérience et simulation.

La figure ci-dessous montre les C-scans obtenus avec l’expérience et CIVA. Ils présentent une allure similaire entre expérience et simulation.

C-scans expérimentaux (en haut) et obtenus avec CIVA (en bas) des parties réelles (à gauche) et imaginaires (à droite)

Les courbes de Lissajous sont tracées et les amplitudes, phases, parties réelles et imaginaires en fonction du balayage sont comparées sur les figures ci-dessous. Un bon accord général entre expérience et simulation est observé.

Courbes de Lissajous dans le plan d’impédance, coupe horizontale (à gauche) et verticale (à droite)

Comparaisons courbes amplitude (haut) et phase (bas), horizontales (gauche) et verticales (droite).

Comparaisons courbes réelles (haut) et imaginaires (bas), horizontales (gauche) et verticales (droite).

Enfin, le tableau ci-dessous regroupe les valeurs relevées d'amplitude et de phase et confirme le très faible écart entre expérience et simulation, de l'ordre de moins d'un dB.

Valeurs maximales des amplitudes, phases correspondantes, et écarts entre CIVA et expériences (références : valeurs expérimentales)

Retourner à DEFAUT ELLIPTIQUE

Retourner à PIECES PLANES