Astuces dans l'utilisation de CIVA

CIVA est un outil à la fois puissant et simple d’utilisation, mais découvrir l’ensemble de ses possibilités peut prendre un certain temps. C’est pourquoi nous vous offrons ici toutes les Astuces CIVA que nous avons publiées dans nos Newsletters, pour vous aider à le maitriser plus rapidement!

 

Appliquer une "Correction Amplitude Distance" en post-traitement (Novembre 2017)

Pour appliquer une CAD (également appelée courbe TCG : Time Corrected Gain ou gain en temps corrigé) à des résultats d’un scénario de variation en une seule fois, il suffit de réaliser un post-traitement des données.

Pour cela, faire un clic-droit sur les données dans l’éditeur de fichiers et sélectionner "Editer paramètres VAR".

 

 

Dans la page qui s’ouvre, définir un "traitement du signal" de type "DAC", renseigner le tableau correspondant (temps et gains), puis cliquer sur "Nouveau". Il est également possible de définir une amplitude de référence (par exemple, l’amplitude maximum de la CAD en "points", unité arbitraire de CIVA) afin d’obtenir des résultats directement en dB.

Les données Gain et Temps de vol nécessaire auront été obtenues au préalable par la simulation de la réponse des réflecteurs de référence à différentes profondeurs.

Une fois défini, ce traitement de signal  peut-être sauvegardé dans la même fenêtre, n’oubliez pas cette option qui vous permettra de le recharger en un clic pour de futures utilisations !

 

 

Une fois ces étapes réalisées, une nouvelle page apparaît dans laquelle les données sont représentées en dB et en tenant compte de la CAD.

 

 

Définissez votre détecteur et rechargez le dans d’autres configurations (Septembre 2017)

Si vous modélisez régulièrement les mêmes sources ou détecteurs, vous avez la possibilité de les sauvegarder et de les recharger dans une autre configuration. Cela peut vous permettre de créer votre propre base de données, mais surtout d’éviter des erreurs de saisie lorsque vous paramétrez votre configuration. Ce n’est pas un nouvel outil de CIVA, mais il peut être très utile.

Lorsque vous avez paramétré votre panneau (le détecteur dans cet exemple), vous n’avez qu’à cliquer sur le menu "Fichier", disponible en haut à gauche du panneau détecteur, puis sur "Enregistrer".

 

 

En faisant cela, vous sauvegardez la géométrie de votre détecteur, mais aussi les informations concernant le matériau de la couche sensible du détecteur, ainsi que les filtres si vous en avez définis.

Quand vous aurez besoin de modéliser le même détecteur dans une autre configuration, vous n’aurez qu’à sélectionner le même menu, et charger le fichier *.xml du détecteur contenant toutes les informations que vous aurez définies en cliquant sur "Ouvrir".

Cette sauvegarde peut aussi être faite pour d’autres panneaux (spécimen, défauts, IQI...).

 

Définition de la liste de modes en calcul de champ UT (Juillet 2017)

Depuis la version 2016 de CIVA, il est possible réaliser un calcul de champ ultrasonore en prenant en compte plusieurs rebonds sur la paroi. En effet, l’utilisateur peut définir le nombre de rebonds pris en compte par CIVA dans le calcul.

 

Ce réglage se réalise à partir du panneau "Réglage simulation" sous l’onglet "Options". Par défaut, seul le mode direct sera calculé par CIVA. Cela correspond au trajet direct du faisceau ultrasonore.

 

 

En activant l’option "Réflexion bord de pièce" il devient possible de définir le trajet ultrasonore à prendre en compte dans le calcul en définissant le nombre de rebonds.

 

 

 

Il est également possible de vérifier et préciser les modes qui seront calculés par CIVA en sélectionnant l’option "Spécifier la liste de modes". La liste de modes calculés apparait désormais dans l’interface.

 

 

 

A l’aide d’un clic droit sur un mode particulier de cette liste, il est possible de supprimer un mode du calcul.

 

 

La liste de modes peut également être importée à partir d’un fichier texte. Pour cela, le fichier doit contenir, sur chaque ligne, un mode à prendre en compte. La nomenclature des modes est visible sur l’exemple ci-dessous (exemple d’onde T avec rebonds sur fond et surface). Il n’y a pas d’entête particulier sur ce fichier.

 

 

Cette liste de modes peut ensuite être importée à partir de la commande "Charger".

 

 

CAO3D / Export DXF (Mai 2017)

Il est possible d’importer des CAO3D dans CIVA afin de simuler l’inspection d’une pièce de géométrie complexe. Cependant, lorsque le contrôle concerne une partie de la pièce qui n’est pas 3D, il est plus simple de travailler sur une pièce 2D. Le temps de calcul est réduit et un plus grand nombre d’options de calcul sont disponibles, en particulier celles concernant les échos de géométrie.

Pour simplifier le passage d’une CAO3D existante à une CAO2D, il n’est pas nécessaire de dessiner la pièce dans l’éditeur CAO de CIVA.

 

 

Il suffit d’afficher une vue de coupe de la pièce CAO3D, de cliquer droit sur cette dernière, et de sélectionner, dans "Pièce", "Exporter le profil au format .dxf".

 

 

Le profil *.dxf obtenu peut être alors chargé dans CIVA. Avant de pouvoir lancer des calculs avec celui-ci, il faut réattribuer les bonnes couleurs aux surfaces de la pièce, puisque tous les segments du profil sauvegardé sont en commentaires après export.

 

Opérateurs d'Analyse UT (Mars 2017)

 

 

Comment afficher l’écho de coin à son véritable emplacement (Janvier 2017)

Par défaut, la reconstruction de l’image B-Scan dans la vue 3D est effectuée à partir du parcours sonore direct. Par exemple, lors d’une simulation avec l’option “demi-bond”, le B-Scan reconstruit est affiché automatiquement de la façon suivante :

 

 

Mais que se passe-t-il si le défaut est une entaille débouchant en surface, et qu’une option “bond complet” est nécessaire pour modéliser correctement la configuration ?

L’image ci-dessous représente une inspection avec un angle T45° et une entaille débouchant en surface :

 

 

Comme on peut le voir ci-dessous, le B-Scan reconstruit dans la vue 3D affiche par défaut l’écho de coin généré par le défaut à l’extérieur de la pièce.

 

 

Depuis la boite à outils, dans l’onglet Options et dans Propriétés de visualisation, en sélectionnant le nombre de rebonds, la reconstruction peut se faire après plusieurs réflexions sur le fond ou surface de la pièce. La  “vue vraie” dans ce cas est la somme d’une image directe et d’une image réfléchie.

 

 

Il est alors possible de choisir le nombre de bonds souhaités, puis de cliquer sur “OK” pour appliquer. Une reconstruction avec une seule réflexion est affichée ci-dessous.

 

 

Une réflexion multi-bonds est également réalisable avec un plus grand nombre de réflexions.

 

Comparaison de deux simulations identiques (trois bonds) :
L’image de gauche affiche la reconstruction par défaut, tandis que l’image de droite inclue deux réflexions dans les propriétés de visualisation afin de permettre une visualisation de l’écho de coin à l’emplacement correct.

 

Tracé de rayon dans CIVA 2016 (Novembre 2016)

 

 

Améliorer la reconstruction des vues "vraies" (Septembre 2016)

Dans certains cas (configurations inhomogènes et/ou anisotropes), les vues reconstruites sont déformées. Par exemple, les données sont superposées ou des "trous" apparaissent. Ces phénomènes sont bien visibles sur la seconde image ci-dessous. La configuration simule un contrôle de soudure utilisant un balayage angulaire ; la soudure est définie par différents volumes anisotropes ayant une orientation cristallographique particulière, et la porosité est modélisée par un défaut sphérique.

 

Présentation de la configuration

 

Phénomènes typiques de vues mal reconstruites

 

Ces comportements sont dus au fait que les données sont reconstruites selon un trajet basé sur le rayon central et, dans certains cas, ce rayon peut être localement perturbé (incidence particulière par rapport à une interface, point d’impact du rayon sur une jonction entre plusieurs interfaces, etc.).

Afin de contourner ce problème, l’option "Lissage" est très utile. Celle-ci est située dans la boîte à outils en bas de l’écran.

 

Option "Lissage" dans la boîte à outils

 

Par rapport à la vue de gauche (image "Phénomènes typiques de vues mal reconstruites"), l’activation du "Lissage" permet d’obtenir une vue bien mieux reconstruite.

 

Vue reconstruite en utilisant l’option "Lissage"

 

Sondes Multiéléments en Courants de Foucault (Juillet 2016)

Avec CIVA 2016, de nombreuses améliorations ont été apportées dans la description des sondes courants de Foucault multiéléments (ou "capteur en réseau").

Il est en effet possible de définir ce type de capteur en utilisant l’éditeur multiéléments accessible en sélectionnant  le type de capteur en réseau ("Array probe").

Pour ce type de capteur, une ou plusieurs couches peuvent être définies, chaque couche pouvant contenir un nombre d’éléments différents, et un type de bobine différent. L’éditeur permet de définir en quelques clics tous ces paramètres.

 

 

Le câblage peut être défini de plusieurs façons, comme par exemple "Tous les élément sur le même câble", ou "Un élément par câble", ou même de façon plus complexe grâce à un mode Expert, donnant accès à un éditeur de câblage.

Les canaux d’acquisition (fonctions communes, fonctions séparées) sont désormais très facilement définis en décrivant un motif de base regroupant les bobines actives ensemble et leur rôle (respectivement émettrices, réceptrices, émettrices et réceptrices). Elles apparaissent alors dans l’éditeur avec une couleur clairement identifiable (respectivement rouge, bleue et rose). On définit ensuite la trajectoire électronique sur l’ensemble du capteur grâce à un éditeur de séquence (trajectoire automatique ou manuelle). Plusieurs canaux peuvent être définis dans une même simulation.

 

 

Un balayage mécanique peut-être associé à la trajectoire électronique.

 

 

Les C-Scans permettant la visualisation des différents canaux sont alors définis.

Un C-Scan est disponible par canal, d’autres peuvent être ajoutés par l’utilisateur avant la résolution.

Les résultats correspondant aux C-Scans définis sont disponibles après résolution.

 

Motif
 
Résultat associé au motif

 

Concernant les inspections de tube, les sondes multiéléments de type X-probe peuvent être définies. Ce type de sonde "X-probe like" est pré-paramétré dans l’interface.

La sonde peut couvrir toute la circonférence du tube en sélectionnant 360°, ou seulement une partie sans cette option.

 

 

Les options disponibles dans cette interface permettent de définir rapidement les caractéristiques de la sonde. Par exemple :

  • Les caractéristiques générales du capteur multiéléments (nombre d’anneaux, nombre d’éléments par anneau, distance entre les anneaux, lift-off, ...).
  • Les dimensions des bobines composant le capteur.

 

 

  • 3 motifs ainsi que le balayage électronique sont définis automatiquement et peuvent être visualisés à partir de cette interface dédiée (bobine émettrice en rouge, bobine réceptrice en bleue). 

 

Motif axial 1 | Motif axial 2 | Motif transverse

 

Un déplacement mécanique peut également être associé au capteur multiéléments.

 

 

Par défaut, deux C-Scans sont définis avant la résolution. Il s’agit des résultats, donc des canaux, qui pourront être exploités après le calcul. L’un correspond à une détection axiale et regroupe les deux motifs axiaux, l’autre à une détection transverse. Si nécessaire, d’autres C-Scans peuvent être ajoutés par l’utilisateur. Après le calcul, les résultats sont accessibles pour les différents C-Scans définis avant la résolution.

 

 

Soustraction (Mai 2016)

Depuis CIVA 2015.a, la soustraction de deux signaux est disponible depuis l’icône "Traitement du signal" de la barre d’analyse.

 

 

Cliquer sur cette icône ouvre une fenêtre de post-traitement, présentant le type de traitement "Enveloppe" par défaut.

 

 

Afin d’accéder aux autres types de post-traitements, cliquer sur "Enveloppe", et l’ensemble de la liste apparaît.

 

 

Sélectionner "Soustraction" et la fenêtre appropriée s’ouvre.

Maintenant, comme dans la version précédente de CIVA, il est possible de délimiter directement le signal à supprimer sur le A-scan du signal de référence. Le A-scan du signal de référence sera modifié interactivement. Puis cliquer sur "Appliquer" et puis sur "Nouveau" afin d’ouvrir la nouvelle fenêtre d’analyse windows avec le A-scan du signal de sortie.

Dans l’exemple ci-dessous, l’onde latérale est supprimée du A-scan de l’inspection TOFD.

 

 

 

Il est également possible de charger le signal de référence en format .txt et appliquer la soustraction de tout le signal de référence ou seulement d’une partie en modifiant les "Temps min" et "Temps max".

 

 

optimiser une configuration RT (Mars 2016)

Différentes options peuvent être sélectionnées dans CIVA pour optimiser une configuration et réduire les temps de calculs ou la taille mémoire de la configuration.

 

Premièrement, une Région d’Intérêt (ROI) peut être définie.

Pour la définir, cocher l’option “ROI”, disponible dans le menu Option (onglet Détecteur).

 

Définition d’une région d’intérêt pour augmenter localement la résolution du détecteur

 

La région d’intérêt est une zone rectangulaire localisée sur le film qui est sur-échantillonnée pour obtenir une résolution plus fine. Sélectionnez un facteur de “Raffinement” dans la liste déroulante. En sélectionnant un facteur de raffinement de 2, la surface de chaque pixel dans la zone va être raffinée d’un facteur 4.

Ensuite, vous avez à définir :

  • X max
  • X min
  • Y max
  • Y min

La région d’intérêt est visible dans la vue 3D sur le détecteur.

 

ROI definie

 

Deuxièmement, les options du calcul Monte-Carlo (menu Options / onglet Simulation) peuvent être modifiées pour réduire les temps de calcul.

Energie de coupure : En sélectionnant cette option et en rentrant une valeur “seuil” d’énergie, les photons ayant une énergie incidente inférieure à cette valeur ne seront pas pris en compte pour le calcul.

Coupure selon ordre de diffusé : Par défaut, CIVA peut simuler jusqu’à 10 ordres de diffusé pour un photon donné. Cette option donne la possibilité à l’utilisateur de stopper la propagation des photons qui ont atteint un nombre d’ordre de diffusé défini.

 

Options du calcul Monte-Carlo

 

Import d’un calcul Monte-Carlo : Pour plus d’informations à propos de cette option, regardez le tip “RECHARGER UN MONTE-CARLO DEJA CALCULE” disponible ci-dessous.

 

Troisièmement, il est possible d’optimiser les performances de calcul en modifiant les Préférences (en haut de la fenêtre CIVA).

Le calcul Monte-Carlo est séquencé en différents cycles pour lesquels il est possible de définir le nombre de photons considérés. Par défaut, un cycle est composé de 100.000 photons. En augmentant légèrement cette valeur, il est possible de réduire le nombre de cycles calculés pour un nombre donné de photons à simuler, et ainsi de gagner du temps de calcul. Cette option est disponible dans l’onglet “Rayons X” des Préférences.

 

Préférences pour les rayons X

 

Réduire la taille d’une configuration sauvegardée

La combinaison des calculs analytiques et Monte-Carlo génère beaucoup d’images qui ne sont pas toujours utiles à l’utilisateur. Quand l’utilisateur n’a pas besoin de voir ces résultats, il a la possibilité de sélectionner l’option “Ne garder que les Réponse Détecteur”. En faisant cela, seules les images “Réponse Détecteur” ou “Densité Optique” sont sauvegardées, et l’espace mémoire alloué à la configuration est significativement réduit (ceci particulièrement en Tomographie, où les résultats peuvent dépasser 100 Go de mémoire).

 

Option “Ne garder que les Réponse Détecteur”,  pour réduire l’espace mémoire alloué à la configuration

 

Comment afficher et étalonner les courbes de variation en dB ou en % (Janvier 2016)

Par défaut, la courbe de variation de la quantité extraite (Amax par exemple) en fonction du paramètre varié est affichée en points CIVA. Il est possible d’étalonner la courbe en fonction d’une référence définie par l’utilisateur dans le but de l’afficher en dB ou en %.

Pour ce faire, dans le CIVA manager, cliquer droit sur le résultat et éditer les paramètres de variations.

 

 

Une nouvelle fenêtre s’ouvre et offre la possibilité de s’étalonner. L’utilisateur a alors le choix entre une échelle de calibration en dB ou une échelle de calibration linéaire. Selon le choix retenu, il faut alors spécifier l’amplitude de référence (pour l’échelle en dB) ou bien l’amplitude de référence et la valeur correspondante (pour l’échelle linéaire). Dans l’exemple ci-dessous, l’amplitude de référence correspond à l’amplitude maximale en points CIVA de la courbe de variation, et la valeur correspondante est égale à l’amplitude en % pour laquelle cette amplitude sera associée.

 

 

Cliquer sur le bouton "Nouveau" au bas de la page. Les résultats étalonnés sont alors affichés dans une nouvelle fenêtre associée à une  nouvelle ligne dans le CIVA manager.

 

 

Estimateur de Photons (Novembre 2015)

L'une des options les plus complexes à paramétrer dans les modules CIVA RT et CT est le nombre de photons simulés lors d’un calcul Monte-Carlo. Il doit être suffisamment important pour obtenir un résultat correct et réaliste, mais pas trop élevé, ce qui entrainerait un temps de calcul prohibitif.

Le nombre de photons à modéliser dépend principalement des paramètres suivants :

  • La source de rayonnement X (ou gamma)
  • Le matériau traversé
  • L’épaisseur de ce matériau

Dans CIVA 2015, un estimateur de photons à simuler pour le calcul Monte-Carlo a été introduit. Cette option a été développée afin de définir un nombre adapté de photons à modéliser pour chaque configuration.

Afin d’illustrer le fonctionnement et l’utilité de cet outil, nous présentons ci-dessous un exemple d’inspection d’une tuyauterie par la méthode dite elliptique :

 

Visualisation 3D de la géométrie de l’objet à contrôler

 

Le résultat d’une simulation réalisée sans l’aide de cet estimateur et avec un nombre trop faible de "photons Monte-Carlo" est illustré ci-dessous :

 

Simulation complète (intégrant le rayonnement direct et diffusé) avec un faible nombre de photons

 

Nous pouvons observer très nettement que le résultat n’est pas satisfaisant. La plupart des "pixels détecteur" n’ayant pas été impactés par un ou plusieurs photons, il est difficile de reconnaitre l’objet radiographié. Le nombre de photons paramétrés est insuffisant pour converger vers un résultat correct. Sans cet estimateur, il faudrait relancer le calcul autant de fois que nécessaire en augmentant le nombre de photons afin d’obtenir le résultat souhaité.

En cliquant sur le bouton "Estimation" dans les options de calcul, CIVA lance un rapide pré calcul Monte-Carlo. A la fin de ce calcul, CIVA propose à l’utilisateur le nombre minimum de photons à considérer pour obtenir un résultat correct.

 

 

A partir de cette estimation, nous relançons le calcul précédent en modifiant le nombre de photons simulés. Le résultat obtenu est affiché ci-dessous :

 

 
Simulation complète (intégrant le rayonnement direct et diffusé) avec un nombre de photons suffisant

 

L’objet à contrôler apparait très clairement, l’ellipse est bien visible.

Cet outil est une vraie aide pour l’utilisateur, car il permet de paramétrer le nombre de photons à simuler avec plus de facilité, de fiabilité, et en une fois.

Nous espérons que vous apprécierez cette nouvelle fonctionnalité de CIVA 2015 !

Mode "Auto" en post-traitement de fréquence (Septembre 2015)

CIVA UT est capable de définir automatiquement la fréquence d'échantillonnage du signal du traducteur. Mais qu'est-ce que cette option implique lorsque la fréquence centrale est modifiée dans le cas d'un nouveau post-traitement ? La réponse se trouve dans cette vidéo !

 

 

Pouces et millimètres (Juillet 2015)

Quel que soit votre domaine d'application, il est souvent nécessaire de manipuler d'un côté certains paramètres en pouces, et de l'autre certains paramètres en mm. La conversion n'est évidemment pas un problème majeur, mais nous souhaitions rendre les choses plus faciles pour les utilisateurs de CIVA et leur permettre de saisir directement l'une ou l'autre unité dans leur configuration de modélisation CIVA.

Ainsi, depuis CIVA 2015, l'Interface Utilisateur de CIVA permet la saisie de tout paramètre numérique en pouce au lieu de mm. Et c'est très facile, une fois que vous connaissez l'astuce !

Comme vous pouvez le voir sur la capture d'écran ci-dessous, saisir le diamètre d'un tube en pouces nécessite simplement d'utiliser la lettre “i” juste après la valeur attendue ; par exemple, vous pouvez saisir “20i” pour définir un tube de diamètre externe de 20 pouces. Lorsque vous validez la valeur en appuyant sur “Entrée”, CIVA effectue automatiquement la conversion et affiche la valeur en mm. Une bulle d'aide est visible lorsque vous placez le pointeur de votre souris sur la valeur numérique, vous donnant à tout moment la valeur que vous avez définie en pouces.

 

 

L'Interface Utilisateur est désormais encore plus puissante, vous pouvez également utiliser des opérateurs mathématiques communs (somme ”+”, soustraction “-“, etc.) et d'autres symboles communs tels que la “fraction”, qui peuvent être très utiles lors de la définition de la taille du cristal du traducteur tel qu'illustré sur la capture d'écran suivante.

 

 

 

Nous espérons sincèrement que vous apprécierez ces nouvelles fonctionnalités de CIVA 2015 !

Calibration en Courants de Foucault (Mai 2015)

Comme pour une inspection réelle, un projet de simulation devra être étalonné par rapport à une référence donnée pour fournir des résultats significatifs.

CIVA intègre les outils pour réaliser cet étalonnage. Ce Tip montre comment réaliser un étalonnage dans le module Courant de Foucault de CIVA.

La première étape est de décrire le défaut d’étalonnage (tel que dans la pièce de référence) et simuler le signal produit par ce défaut de manière à calculer le gain en amplitude et la rotation de phase à appliquer pour ramener ce signal aux valeurs de référence décrites dans la procédure d’inspection. Ensuite, les coefficients calculés seront utilisés pour calibrer toutes les configurations de simulation que l’utilisateur souhaite relier à cette référence.

Pour ce faire, suivez les étapes décrites dans notre vidéo

 

 

Assigner un matériau (Mars 2015)

Dans CIVA, il est possible d'effectuer une simulation avec des pièces hétérogènes, et même des matériaux anisotropiques. Cette vidéo explique comment facilement définir les paramètres d'une pièce hétérogène.

 

 

Ajuster des éléments CAO 2D (Janvier 2015)

Plusieurs règles s’appliquent lorsque l’on utilise l’éditeur CAO 2D de CIVA afin que CIVA prenne correctement en compte la pièce, en particulier le fait de relier les éléments par leurs extrémités.

Il est parfois difficile de relier des segments et des arcs de cercle car les coordonnées exactes sont généralement inconnues. L’outil "Ajuster" de l’éditeur de CAO 2D permet de connecter facilement les éléments.

 

 

Modes de curseurs en Courants de Foucault (Novembre 2014)

En inspection CF, le signal exploitable est souvent la variation d’impédance de la sonde donnée dans le plan complexe. Ce signal se caractérise par son amplitude et par sa phase. Dans CIVA, il est possible d’activer le mode "curseur" qui permet à l’utilisateur d’obtenir l’amplitude, la phase, ainsi que les parties réelle et imaginaire du signal calculé. Deux modes de curseur sont disponibles, l’un permettant d’afficher ces valeurs  pour chaque  position de la sonde, l’autre permettant de rechercher automatiquement le maximum.

 

Mode curseur simple

Cet outil s’active à partir du menu "Outils image" (2ème icône, cf. figure ci-dessous), il permet d’obtenir les valeurs mesurées à partir de l’origine du plan d’impédance.

 

Mode curseur simple

 

Les valeurs aux différentes positions de la sonde s’obtiennent en déplaçant le curseur contrôlant la position de la sonde (depuis la vue 3D, ou bien avec le curseur vertical d’une des courbes d’analyse). Elles sont données dans la partie "Amplitude" de la barre d’outils. Le maximum d’amplitude peut être obtenu en plaçant manuellement le curseur à la position correspondant au maximum d’amplitude du signal dans le plan d’impédance.

 

Mode double curseur

Un autre mode de curseur est également disponible dans CIVA, le mode double curseur. Il permet d’obtenir automatiquement le maximum d’amplitude d’un signal. Ce mode peut être activé à partir du menu "Outils image" (le 1er icone permet de basculer entre le mode curseur simple et double curseurs). Dans ce mode, l’utilisateur peut sélectionner deux positions de la sonde à l’aide de deux curseurs ; l’amplitude maximum du signal entre les deux curseurs ainsi que sa phase sont alors automatiquement données dans la partie "Mesures" de la barre d’outils.

 

Mode double curseurs

 

Deux modes de mesure peuvent être définis sous l’onglet paramètres :

  • Avec le mode de mesure "Absolu", l’amplitude mesurée correspond à l’amplitude du signal pris à partir de l’origine du plan d’impédance, comme dans le mode curseur simple.

 

Mode de mesure absolu

 

  • Avec le mode "Relatif", correspondant à une mesure en mode différentiel, l’amplitude donnée correspond à l’amplitude entre les deux valeurs crêtes du signal.

 

Mode de mesure différentiel (relatif)

 

Export CAO (Septembre 2014)

Depuis CIVA 11, il est possible d’importer dans CIVA RT-CT et CIVA UT plusieurs fichiers CAO 3D dans la même configuration. Vous pouvez également exporter des fichiers paramétriques ou CAO 2D depuis CIVA au format IGES, afin de les recharger ensemble dans l’interface CAO 3D, ou pour tout autre usage !

 

 

Reconstruction et effet miroir sur les B-scans dans CIVA 11 (Juillet 2014)

Après avoir simulé une inspection, CIVA affiche généralement des vues reconstruites dites "vraies".
Il peut être nécessaire de modifier cette reconstruction pour une meilleure compréhension des résultats. CIVA 11 propose une nouvelle méthode pour cette procédure.

L’option "Mode de propagation" permet de reconstruire les données selon le mode d’onde T (rayon rouge) ou le mode d’onde L (rayon vert). Ainsi, les échos sont positionnés dans la vue reconstruite en fonction du trajet et de la vitesse du mode sélectionné.

 

Procédure de visualisation du mode de propagation des ondes T

 

Procédure de visualisation du mode de propagation des ondes L

 

Dans certaines configurations de contrôle, particulièrement pour les modes d’inspection après rebond, afin d’afficher les résultats de manière pertinente, il convient d’utiliser un "effet miroir" sur le fond de la pièce. Pour cela, cochez l’option « Réflexion » comme montré ci-dessous.

 

Procédure de visualisation du S-scan réfléchi sur la vue 3D
 
 
Résultat après application du mode de "réflexion"

Inspection d’une pièce CAO 2D par le côté extrudé (Mai 2014)

CIVA dispose d'un outil de dessin CAO qui permet de construire la pièce que l'on souhaite inspecter. Un code de couleur permet de spécifier la nature des éléments dessinés. La couleur rouge définit une surface, le bleu définit un côté, le vert correspond à un fond et le jaune à une interface.

Par défaut, l'extrusion d'un profil se fait selon l'axe Y.

 

 

Une extrusion selon l'axe Z permet de simuler un contrôle par la face extrudée. Pour cela, il suffit d'appliquer la couleur bleue (côté) ou verte (fond) au profil que l'on souhaite extruder. Le choix de la couleur détermine la capacité à rebondir et calculer des échos après rebonds sur les surfaces choisies. Dans l'exemple ci-dessous, le trou est dessiné en vert afin de pouvoir effectuer des rebonds sur celui-ci et calculer les échos associés.

 

 

 

Comment créer une vidéo dans le module CIVA ATHENA2D (Mars 2014)

Le module CIVA ATHENA2D permet de stocker des clichés de rayon qui peuvent servir à générer une vidéo de la dispersion rayon/défaut. Une telle vidéo peut être très intéressante pour visualiser les phénomènes physiques créés lors des interactions entre le champ et des défauts ou les limites de la pièce.

 

 

Déplacez votre clé soft CIVA sur une autre machine : Le “Rehost” (Janvier 2014)

Avec la version CIVA 11, un nouveau système de licence, basé sur la technologie “Sentinel LDK”, a été déployé. En particulier, le système de clé soft, ou “SL key”, permet désormais d’’installer une licence sans nécessiter d’envoi matériel. Un avantage de ce système, outre la réduction des impacts environnementaux (pas de clé USB, envois électroniques, etc.), est de limiter les problèmes de casse ou de perte associés aux systèmes matériels.
Une SL key est installée sur une machine donnée à partir d’un fichier *.C2V contenant l’empreinte logicielle de la machine. Néanmoins, une fois installée sur cette machine, la licence reste mobile, et peut-être transférée sur une autre machine à tout moment et en quelques clics : c’est l’’opération de Rehost qui est décrite ci-dessous. Une fois transférée, la mise à jour de la licence se fera directement sur la nouvelle machine, sans nécessiter de précaution particulière et sans que vous ayez à nous envoyer de fichier d’’empreinte à nouveau.

En cas de changement prévu d’ordinateur, pensez à récupérer d’abord votre licence CIVA sur votre nouvelle machine grâce à cette opération !

Cette opération utilise principalement l’’utilitaire RUS, disponible à partir du licence manager de CIVA (second onglet) ou à partir de votre répertoire d’installation de CIVA :
[CIVA Installation Directory]\Prerequisites\Sentinel\Vendor\RUSforCIVA11.0_KQCZM.exe

 

Etape 1 : Générer un fichier d’’identifiant *.Id pour la machine destiné à recevoir la licence à transférer

Placez-vous sur la machine destinée à recevoir la licence et ouvrez le RUS dans l’onglet “Transfer License”, bouton “Save recipient information to” :

 

 

Avec l’explorateur, définissez un emplacement et un nom pertinent (nom de la machine par exemple) pour votre fichier d’identifiant *.id, puis cliquez sur “Collect and Save information”.
Une fenêtre de confirmation va apparaitre :

 

 

Dans le cas d’une éventuelle nouvelle opération de Rehost sur cette machine, ce fichier *.Id pourra être réutilisé. Pensez à vous organiser pour stocker de façon pertinente et centralisée les fichiers *.Id de votre parc machine, de façon à ne pas avoir à refaire cette première étape !

 

Etape 2 : Générer le fichier de transfert de licence à partir de la machine sur laquelle CIVA est couramment utilisé

Revenez ensuite sur la machine qui abrite la licence CIVA et copiez-y le fichier *.Id. Dans le RUS, même onglet que précédemment, générez le fichier de transfert en indiquant d’’abord la localisation du fichier *.Id, puis en définissant avec l’explorateur le nom et l’emplacement où vous souhaitez créer le fichier de transfert de licence *.h2h. Une fois ces paramètres sauvés, activez la création effective du fichier de transfert par “Generate the license Transfer File to”:

 

 

Une fenêtre de confirmation va apparaitre. La licence est désactivée sur la machine initiale et le fichier *.h2h est créé :

 

 

Ce fichier *.h2h n’est valable que pour un transfert. Il pourra être supprimé ensuite. Attention de ne pas le perdre maintenant cependant, car il renferme votre licence CIVA!

 

Etape 3 : Activer la licence sur la nouvelle machine

Sur la nouvelle machine, copiezr le fichier *.h2h et, toujours à partir du RUS, appliquez le *.h2h dans l’onglet “Apply license file – Apply update”. La licence est maintenant active sur la nouvelle machine !

 

 

Reconstruction de données comparable à votre image d’acquisition (Novembre 2013)

Attention ! Cette nouvelle fonctionnalité, disponible dans CIVA 11, ouvre des perspectives considérables ! Lorsque vous réalisez une simulation avec CIVA, le modèle (géométrie et matériaux de la pièce contrôlée, capteur, défaut, etc.) est aussi proche que possible de la configuration réelle. Par exemple, si vous contrôlez une pièce présentant un revêtement anisotrope, vous définissez une pièce avec deux couches et vous prenez soin de définir les propriétés anisotropes de la couche de revêtement. Une fois le calcul réalisé, CIVA vous permet de reconstruire les données dans le repère de la pièce en tenant des propriétés anisotropes du revêtement et donc implicitement de la déviation de faisceau qui en résulte. Vous obtenez donc un repositionnement très précis des indications, qui vous permet de savoir précisément à quelle position se trouve le défaut.

 

 

Cependant, lorsque vous faites l’acquisition sur cette même pièce avec revêtement anisotrope, la plupart des appareils d’acquisition ou des logiciels d’analyse ne vous permettent pas de définir un modèle aussi complet que ce que vous pouvez faire dans CIVA. Ainsi, l’image reconstruite que vous obtenez ne tient pas compte de la partie revêtement anisotrope de la pièce, et le positionnement des indications de défaut est donc erroné. Il peut être intéressant d’utiliser CIVA pour mettre en évidence le décalage induit par la NON prise en compte du revêtement, et ainsi obtenir en “dégradant” le modèle CIVA une image reconstruite comparable à celle que vous obtiendrez sur votre appareil de mesure. Pour cela, il vous suffit de faire un clic droit sur la source de donnée de votre fichier initial (contenant le modèle complet) et de sélectionner “Enregistrer sous”.

 

 

Il vous suffit ensuite de rouvrir le fichier sauvegardé, qui est désormais interprété par CIVA comme un fichier “d’acquisition”, dans lequel il est possible de faire des modifications de modèle et de les appliquer sans qu’une nouvelle simulation ne soit lancée. Dans notre exemple, nous modifions simplement le matériau de la couche revêtement pour le mettre identique au matériau du reste de la pièce, et on appuie sur le bouton “Appliquer” situé en bas à droite de la fenêtre de visualisation 3D.

 

 

Enfin, lorsqu’on ouvre l’image Bscan reconstruite et qu’on l’affiche dans la vue 3D, on obtient l’image ci-dessous qui ne tient plus compte du revêtement.

 

 

Cette astuce vous permettra ainsi de pouvoir très facilement comparer une image obtenue lors d’une acquisition avec une image CIVA reconstruite dans les mêmes conditions, tout en ayant fait le calcul avec un modèle précis et donc des conditions proches du réel. Cet exemple démontre l’intérêt de cette possibilité. Elle peut être appliquée à de très nombreux cas : quel est l’impact d’une loi de retard non adaptée ? D’une géométrie non prise en compte ? D’un matériau atténuant ou déviant le faisceau ? Nous vous faisons confiance pour exploiter cette possibilité et en tirer de réels bénéfices.

 

Visualisation de la propagation des ultrasons (Septembre 2013)

Après avoir réalisé un calcul de champ sous CIVA ou une extraction du champ sous CIVA-ATHENA2D, le logiciel affiche par défaut le champ maximal ayant atteint chaque point de l’image. Sur l’image ci-dessous par exemple, le champ ultrasonore s’’étend du capteur au fond de la pièce.

 

 

Dans certains cas, il peut être nécessaire de visualiser la propagation, en particulier pour expliquer certains phénomènes sous CIVA-ATHENA2D. Pour ceci, il faut changer les données affichées de Amax vers A(t) via la barre d’outils “Données”.

 

 

L’image 2D obtenue dépend alors du temps. En jouant avec le curseur sur le A-scan, il est possible d’afficher la propagation pour différents temps de vol dans l’image 2D ou dans la vue 3D.

 

 

Il est également possible de réaliser une vidéo en cliquant sur le bouton dédié.

 

 

Gérer le Glisser-Déposer (Juillet 2013)

Après avoir réalisé différents calculs, il est parfois intéressant de les afficher côte-à-côte pour mieux les comparer.

A cette fin, ouvrez une nouvelle fenêtre d’analyse.
Puis cliquez sur le premier résultat, les images disponibles sont affichées dans l’explorateur “Images”, en bas à gauche de la fenêtre CIVA. Le cercle vert indique que l’image est déjà affichée dans une des pages d’analyse tandis que le carré rouge symbolise une image non affichée.
Glissez et déposez les images utiles dans la nouvelle fenêtre.
Maintenant, cliquez sur un autre résultat et déposez les images dans la fenêtre. Un rectangle gris marque la position future de l’image.

Il est possible d’ajouter des images de tous les résultats que l’on veut. Chaque image dispose d’une icône de couleur indiquant son origine.
De plus, lorsque des courbes sont tracées selon les mêmes axes (temps, pas de balayage, pas d’incréments…), il est possible de les superposer : cliquez sur une courbe et faites-la glisser jusque sur une autre courbe. L’outil “double curseurs” est alors très utile pour mesurer les différences.

 

 

Identification de modes (Mai 2013)

L’interprétation des différents échos d’un Bscan est facilitée dans CIVA 11, grâce à un nouvel outil permettant l’identification des modes et des trajets à l’origine des échos. Pour pouvoir disposer de cet outil, il faut activer dans le modèle l’option “Identification de mode”, accessible dans l’onglet “Option” du panneau “Réglages simulation”.

Pour identifier les échos simulés, il suffit de les sélectionner sur le Bscan ou Bscan vrai grâce à l’outil de sélection disponible dans l’onglet “Outils données”.

 

 

Une fois l’outil activé, la zone de calcul est dessinée par clics successifs. Pour arrêter de dessiner la zone, il faut double-cliquer sur son dernier point.

Les modes ainsi que leurs contributions à la génération des échos dans cette zone sont affichés comme le montre l’image suivante. Le nom des modes affichés correspond à leurs trajets.

 


 

En activant une nouvelle fois cet outil, il est possible de créer une nouvelle zone. Un clic droit sur une zone permet de supprimer les zones d’identification de mode (au choix “Supprimer” et “Tout supprimer”).

 

Transformer le zoom en limitation (Mars 2013)

Il peut être utile lors de l’analyse de données de réduire la quantité de données étudiées. Les données acquises suivantes concernent l’inspection d’un bloc étalon contenant des Trous Génératrices. Cet exemple se concentrera sur les réponses des 3 TG en haut à droite de l’image B-scan globale.

 

 

Après avoir zoomé dans une vue non reconstruite (A-scan, B-scan, C-scan, courbe échodynamique…), le bouton magique “Transformer le zoom en limitation” est disponible parmi les outils “Données”.

 

 

Un nouveau jeu de données réduit à une zone d’intérêt (appelé nouvelle limitation) est créé et visible dans le CIVA manager. Ces données peuvent être affichées dans une nouvelle page d’analyse.
Les paramètres de limitation peuvent être fixées dans une vue additionnelle sur la gauche de la fenêtre CIVA. Les valeurs correspondent aux limites de la vue non reconstruite à partir de laquelle le bouton à été utilisé.

 

 

Un rectangle rouge affiche également la limitation sur le B-scan original. La limitation peut être ajustée en déplaçant les limites de ce rectangle ou en entrant des valeurs dans la fenêtre précédente.

 

 

Pour une analyse plus aisée, il est possible d’enregistrer uniquement les données limitées. Ensuite on rechargera seulement les données utiles, et on appliquera par exemple un algorithme de traitement de signal.

 

 

Lisser un C-Scan dans CIVA ET (Janvier 2013)

Dans le but d’améliorer la résolution a posteriori d’un signal de réponse de défaut dans CIVA Courant de Foucault, l’utilisateur peut vouloir lisser un C-Scan simulé. Cela peut aider à représenter les résultats d’une manière plus lisible tout en limitant le nombre de points de calculs. Bien sûr, comme le lissage est basé sur une interpolation des résultats calculés, l’utilisateur doit faire attention à avoir suffisamment de points réels de calculs pour éviter d’introduire des artefacts sur le C-Scan lissé. Mais cela peut-être également utile de tester par simulation si un signal pourra être correctement défini après interpolation, de manière à fixer le nombre de points de mesure nécessaires et la cadence de contrôle pour une sonde donnée et un type de défaut recherché donné.

Dans le module ET, le lissage d’une cartographie C-Scan est appelé par un clic droit à partir du C-Scan brut. C’est donc différent de l’opération de lissage d’une cartographie de champ dans le module ultrasonore, ou dans ce même module Courant de Foucault, qui se fait depuis la barre d’outils “Outils Image”.

 

 

Le C-Scan est alors dupliqué dans la page courante et, dans la boite à outils en bas de fenêtre, trois fonctions d’interpolation sont proposées à l’utilisateur: Linéaire, Spline et Cubique (en fait Spline Cubique). L’algorithme de Spline Cubique est généralement assez populaire comme fonction d’interpolation ; ce choix est parfois imposé dans la procédure d’analyse.

 

 

Une fois l’algorithme sélectionné, les résultats sont interpolés et représentés sur un certain nombre de points définis par l’utilisateur selon chaque axe du C-Scan. Plus il y a de points, plus fine est la résolution obtenue. Différents résultats sont présentés ci-dessous avec différents nombres de points.

 


Résultats bruts (30*200 points), interpolation 60*200 points, interpolation 200*400 points

 

En plus du C-Scan lissé, CIVA ET crée un second jeu de données pour les résultats interpolés dans une seconde page d’analyse. Ainsi, l’utilisateur peut également afficher les courbes associées au C-Scan, qui sont également lissées : Plan d’impédance plane, Voies X et Y, Courbes Amplitude et Phase.

 


Une seconde page d’analyse est créée dans le même projet rassemblées les données lissées

 

Tracé de rayon et méthode des pinceaux (Novembre 2012)

Contrairement à d’autres logiciels de simulation de CND, CIVA ne considère le tracé de rayon que comme un utilitaire de visualisation des résultats, le calcul étant basé sur la méthode des pinceaux.

Lors de l’affichage des résultats de simulation UT, CIVA affiche des rayons partant du centre du capteur et allant vers la pièce, en fonction des propriétés des interfaces. Pour une meilleure compréhension de la propagation, il est possible d’afficher un faisceau de rayons.

 


Visualisation d’un rayon et d’un faisceau de rayons

 

Ces outils sont simplement des aides à la visualisation du parcours du faisceau ultrasonore. Ils ne sont utilisés que par un seul calcul, la reconstruction des vues vraies.

Les modèles de CIVA sont basés sur la méthode des pinceaux, dans laquelle des matrices rendent compte de la propagation dans chaque milieu et à chaque interface en partant d’un point source.

 


Visualisation de la méthode des pinceaux

 

Le champ rayonné par toute l’ouverture du capteur est obtenu par une addition des champs aux différents points-sources constituant le capteur. Cette méthode est ainsi apte à déterminer les temps de vols, la polarisation et la divergence du faisceau.

 

Recharger un Monte-Carlo déjà calculé (Septembre 2012)

Un calcul RT complet nécessite la prise en compte des radiations directes, mais également de l’effet de diffusion.
Dans CIVA, l’interaction entre les photons et la pièce inspectée est simulée par une méthode Monte-Carlo, pour laquelle un nombre de photons à simuler doit être défini.
Le calcul Monte-Carlo peut prendre plusieurs heures.

 


Premier calcul par les méthodes analytiques et Monte-Carlo (radiations directes et diffusées)

 

Après avoir réalisé une simulation prenant en compte les radiations directes et diffusées, la version actuelle de CIVA permet de réutiliser le Monte-Carlo déjà calculé pour d’autres simulations.
Vous pouvez être amené à devoir changer la position du défaut, ses dimensions, ou d’autres paramètres.

L’option “importer un calcul Monte-Carlo” permet à l’utilisateur de changer un ou plusieurs paramètres du modèle, et de garder les mêmes radiations diffusées que lors du premier calcul.
CIVA va alors calculer uniquement les radiations directes, et les combiner avec la diffusion obtenue depuis le fichier Monte-Carlo chargé.

 

Outil pour importer un résultat Monte-Carlo déjà calculé

 

L’image ci-dessous représente une comparaison de deux simulations avec deux tailles d’inclusion différentes. Le premier calcul a été simulé avec 10E9 photons (5 heures pour le calcul). Dans le second cas, le Monte-Carlo du premier résultat a été chargé (2 minutes pour le calcul).

 


Comparaison de deux simulations utilisant l’outil “Importer un calcul Monte-Carlo”

 

Notes importantes :

  • Cet outil n’est disponible qu’en conservant les mêmes tailles et résolutions pour le détecteur.
  • Lors de l’utilisation de cet outil, l’utilisateur doit être certain que l’effet de diffusion sera le même dans les différentes configurations.

 

Afficher plusieurs Scans dans la vue 3D (Mars 2012)

Lors de la simulation d’une inspection comprenant plusieurs axes de variation (Balayage Mécanique, Incrémentation Mécanique, Balayage Electronique, Tirs Multiples, etc.), une image C-Scan est générée, et vous pouvez souhaiter afficher plusieurs scans dans la vue 3D. Ainsi, vous pourrez voir d’un coup d’œil comment un scan est affecté par le changement dans l’autre axe.
C’est possible grâce à l’option "scan figé" :

La configuration ci-dessous utilise une sonde UT multi-éléments constituée de barrettes linéaires. Un balayage électronique est effectué le long de la circonférence de la pièce tubulaire, tandis qu’une incrémentation mécanique est réalisée le long de l’axe de révolution. La simulation génère une image Bscan (Balayage Electronique vs. Temps), une image Dscan (Incréments vs. Temps) et une image Cscan (Balayage Electronique vs. Incréments) :

 

 

En tant qu’utilisateur expérimenté de CIVA, vous savez déjà qu’un simple glisser-déposer permet d’afficher une image dans la vue 3D. Cette superposition des vues vraies et des défauts aide à l’analyse des différents échos :

 

 

 

Mais il est également possible d’afficher plusieurs Bscans (ou Dscans) correspondant à plusieurs positions. Pour ce faire, cliquez droit sur le premier affiché dans la vue 3D, puis sélectionnez "Copier & Figer". Après cela, lorsque vous déplacerez le curseur de l’Incrémentation Mécanique dans le Cscan, une seconde image apparaitra. Pensez à changer l’opacité du scan pour faciliter la visualisation (toujours depuis le menu contextuel "magique" clic droit). Puis répétez l’opération pour obtenir le nombre souhaité de vues de coupe :

 

 

 

Cette capacité d’imagerie avancée facilite et accélère l’analyse des inspections, particulièrement pour les géométries et les défauts complexes, ou lors de la réalisation de plusieurs séries de tirs avec une sonde multi-éléments.

 

Personnalisez votre mise en page (Janvier 2012)

Pour chaque simulation, une mise en page est définie pour l’affichage des résultats.
Cette mise en page définit les éléments suivants :

  • Le nombre et le type de vues affichées
  • La position de ces vues dans la page d’analyse
  • L’orientation de chacune des vues

Après avoir lancé une simulation, une mise en page par défaut (appelée "Mise en page CEA") s’affiche. Par exemple, pour un balayage mécanique linéaire dans le module "Réponse Défaut" de CIVA, la page d’analyse montre le "Bscan vrai" (ou Sscan pour les techniques multi-éléments), la vue 3D et le Ascan.

 


« Mise en page CEA » de la fenêtre de page d’analyse après une simulation de balayage linéaire (en mode Réponse Défaut)

 

Cependant, lorsque vous ouvrez un résultat, vous pouvez souhaiter une mise en page spécifique pour la page d’analyse, en ajoutant par exemple une nouvelle image. CIVA permet de personnaliser la disposition des différentes images selon vos besoins.
Pour chaque nouveau résultat affiché dans une nouvelle page d’analyse, vous pourrez retrouver la mise en page spécifique.

Pour cela, il vous suffit de définir votre nouvelle mise en page personnalisée, puis de faire un clic droit sur la barre de titre bleue "Analyse" en haut de la fenêtre.

 


Nouvelle disposition de la fenêtre d’analyse et accès à une mise en page personnalisée

 

De nombreuses possibilités sont alors disponibles :

 


Menu de la page d’analyse

 

Enregistrez cette nouvelle mise en page, et chaque fois que vous souhaiterez la retrouver, vous n’aurez qu’à la charger.

 


Menu de la page d’analyse et chargement de mise en page

 

Si vous définissez cette nouvelle mise en page par défaut, cette nouvelle configuration sera celle utilisée pour l’affichage de tous les nouveaux résultats du même type.

Différentes mise en page peuvent être enregistrées. Vous pourrez choisir votre mise en page favorite pour chaque type de simulation.

Votre nouvel environnement est enfin organisé comme vous le souhaitez !

 

Utilisez des vues de coupe pour faciliter le positionnement de défaut (Novembre 2011)

L’inspection de composants complexes mène souvent à de grands défis lorsqu’il s’agit de positionner un défaut dans une zone d’intérêt critique tout en travaillant dans une fenêtre de visualisation 3D. Par exemple, vous êtes en train d’inspecter un piquage, et vous voudriez placer le défaut dans une position oblique par rapport à la connexion du piquage, mais débouchant exactement au fond du cylindre primaire ! Eh bien, ce n’est pas facile, et une simple vue 3D peut vous rendre fou...

 

 

 

Dans CIVA 10, le concept de vues de coupe a été développé, dans l’optique de passer facilement d’une vue 3D à un affichage 2D spécifique. Ces vues sont disponibles en cliquant droit soit sur la sonde soit sur un défaut. Puis, quelques menus vous permettent de sélectionner des vues de coupe 2D typiques concernant l’objet sélectionné.

Par exemple, si vous sélectionnez une vue de coupe parallèle disponible depuis le défaut, vous visualiserez immédiatement la vue de coupe entre la pièce de test et le plan du défaut. Depuis cette nouvelle vue, vous pouvez double cliquer sur le défaut pour activer son mode de positionnement interactif, et vous pouvez facilement déplacer et/ou faire pivoter ce défaut pour le placer exactement à l’emplacement souhaité.

 

 

Vous pouvez enfin retourner à la vue 3D par un simple clic sur le bouton approprié, et ajuster les autres paramètres avant de lancer vos simulations.
Ne s’agit-il pas de l’une des meilleures fonctionnalités à avoir été ajoutée dans la version 10 de CIVA ?

 

Personnalisez votre environnement d’analyse (Septembre 2011)

Lors de l’analyse d’une grande quantité de données, tout utilisateur de CIVA s’est un jour plaint que la couleur des curseurs sur celle des images n’était pas pratique !

Quoi de plus ennuyeux qu’un curseur dont la couleur est exactement la même que celle d’un Ascan ? Pourquoi le second curseur rouge a-t-il exactement la même couleur que les marqueurs de limitation ?
Eh bien dans la version CIVA 10, il est désormais possible de personnaliser la couleur du curseur ou même des images de fond, de sorte que ces petits soucis ne vous dérangeront plus !

 

 

Pour changer la couleur du curseur, rien de plus facile ! Il vous suffit d’ouvrir le menu "Outils & Préférences", et de sélectionner la section "Couleurs".

 

 

Sélectionnez vos couleurs préférées pour les deux curseurs, changez la couleur de fond des Ascan et des courbes Echodynamiques, et/ou modifiez la couleur des graduations des axes…

 

 

Voilà, votre environnement d’analyse est bien plus confortable !

 

Affichez des vues cumulées pour les inspections multi-éléments (Juillet 2011)

Lorsque vous réalisez une inspection multi-éléments impliquant différentes séquences ou captures pour une ou plusieurs positions de scan mécaniques, vous pouvez cumuler les vues de tous les "Scan" ou "Bscan" vrais dans une seule image.

 

 

Pour activer cette vue cumulée, il suffit de sélectionner l’option "Outils données", disponible dans la barre de titre de l'image du Bscan vrai ou du Sscan, puis de cliquer sur l’icône "Vue cumulée" :

 

 

 

Pour ces deux options, l’image résultante contient l’intégralité des données affichées dans l’image. Une image « cumulée » signifie que, pour chaque pixel de l’image, l’amplitude affichée correspond à l’amplitude maximale obtenue dans cette région (si plusieurs captures correspondent à cet endroit), tandis qu’une image "cumulée moyennée" correspond à la moyenne de toutes les captures pour chaque pixel de l’image.

 

"Image cumulée" : vue cumulée pour toutes les positions mécaniques et toutes les positions de scan sectoriel
(affichage de l’amplitude maximale)

 


"Image cumulée moyennée" : vue cumulée pour toutes les positions mécaniques et toutes les positions de scan sectoriel
(moyenne de toutes les captures)

 

Définissez le traducteur… Une seule fois! (Mars 2011)

Ce n’est pas une nouveauté dans CIVA mais demeure quelque peu méconnu : Il est possible d’enregistrer tous les paramètres de vos traducteurs dans un ensemble de différents fichiers afin de construire votre propre librairie de sondes, prête à être chargée dans CIVA.
Vous pouvez réellement gagner du temps en utilisant cette fonctionnalité, car il n’est pas si facile d’accéder à toutes les informations relatives aux paramètres de la sonde (géométrie, focalisation, signal...), alors... Ne vous référez à la fiche technique du fabricant qu’une seule fois !
C’est également une fonctionnalité intéressante pour partager les connaissances avec vos collègues et éviter certaines erreurs lors de la saisie de données.

Comment procéder ? C’est très simple !

 

 

Une fois que vous avez saisi toutes les informations dans l’onglet traducteur, sélectionnez simplement le menu "Fichier" puis "Enregistrer" en haut à gauche de l’onglet.

Puis, entrez un nom (enfin… mettons clairement la référence de la sonde !) et enregistrez les informations, sous la forme d’un simple fichier disponible sur votre disque.

Lorsque vous souhaitez définir la même sonde pour un autre projet, il vous suffit désormais de charger toutes les données de la sonde depuis le même emplacement grâce au menu "Ouvrir", ne perdez plus de temps à chercher la fiche technique du fabricant !

Et cette fonctionnalité est également disponible pour les autres onglets : composant, défaut...

 

Outil de Mesure d’Amplitude (Janvier 2011)

CIVA 10.0 fournit un nouvel outil pour effectuer des mesures d’amplitude efficaces sur des images. La plupart des outils commerciaux proposent ce genre de possibilité mais sur des zones carrées.

 

 

Dans l’image ci-dessus, il semble difficile de réaliser une mesure efficace avec un carré autour de l’écho de coin (où les curseurs se croisent)!

 


CIVA permet à l’utilisateur de créer une zone multi-points libre comme celle ci-dessus, en cliquant sur le bouton dans "outils données" disponible dans la barre de titre pour toutes les images.

 

 

Une croix indique la position du point d’amplitude maximale dans cette zone et une boîte apparaît et donne toutes les informations disponibles.

De plus, en double-cliquant sur le contour de la zone, la forme du contour peut facilement être modifiée. Ceci peut être appliqué sur les Bscans, Cscans et ainsi de suite.